Les choses qui sont toxiques pour les alpagas

Mise à jour le 25 septembre 2020

Ce peut être un défi de s’assurer que les résidents alpagas ont une vie saine et heureuse après être venus dans un sanctuaire, et il y a beaucoup d’aspects différents de soins à considérer chaque jour. Malheureusement, les dangers toxiques et empoisonnés sont parfois négligés dans l’agitation du fonctionnement d’un sanctuaire. Si une exposition mineure à bon nombre de ces toxines ne risque pas de causer de graves problèmes, de grandes quantités peuvent entraîner de graves problèmes de santé et, malheureusement, même la mort. Il existe également certaines toxines qui sont très dangereuses même en petites quantités.

Pour vous aider à vous assurer que vous ne rencontrerez jamais ce problème, nous avons compilé cette ressource de plantes communes et d’autres choses potentiellement toxiques qui ont été connues pour être un problème pour les alpagas.

Demandez à propos du charbon actif

Bien que la prévention soit impérative quand il s’agit de protéger vos résidents des toxines, dans le cas où ils ingèrent accidentellement quelque chose de toxique, l’administration d’un produit à base de charbon actif peut aider à absorber les toxines. Il ne s’agit pas d’un remède miracle et il ne convient pas dans toutes les situations, mais il peut être utile de l’avoir sous la main. Nous vous suggérons de demander à votre vétérinaire s’il recommande des produits spécifiques pour les différentes espèces dont vous avez la charge, afin de les avoir sous la main en cas de besoin. En plus de rechercher des soins médicaux urgents, si un résident ingère une toxine, demandez à votre vétérinaire si l’administration de charbon actif est conseillée.

Plantes qui sont toxiques pour les alpagas

Veuillez consulter la base de données mondiale des plantes toxiques du projet Open Sanctuary et filtrer les espèces affectées par les alpagas afin de voir une liste des plantes à travers le monde qui sont toxiques pour les alpagas. Veuillez noter que, bien que complète, cette liste peut ne pas contenir toutes les plantes toxiques pour les alpagas !

Autres toxines potentielles pour les alpagas

Algues

Les algues bleu-vert, que l’on trouve le plus souvent dans les eaux stagnantes et lentes lorsque les températures sont élevées, peuvent empoisonner les alpagas. Les symptômes se développent généralement assez rapidement et peuvent ressembler à une réaction allergique. Des convulsions peuvent survenir, mais le plus souvent l’animal s’affaisse sur le sol et meurt sans se débattre. De plus petites quantités de poison provoquent une faiblesse et une titubation, suivies d’un rétablissement. Dans certains cas, la guérison apparente d’une attaque est suivie, quelques jours ou semaines plus tard, de signes de photosensibilisation. Il peut y avoir une inflammation du museau, de la peau de l’oreille, du pis ou d’autres parties du corps. La jaunisse est souvent observée et la constipation est un symptôme courant. Ces cas guérissent généralement sous de bons soins.

Cantharidiase (empoisonnement par le scarabée vésiculeux)

Les scarabées vésiculeux contiennent de la cantharidine, une substance toxique utilisée comme mécanisme de défense contre les prédateurs. Il existe plus de 200 espèces différentes, et on les trouve du Mexique au sud du Canada, et de la côte est des États-Unis jusqu’au Nouveau-Mexique à l’ouest. La cantharidine peut gravement blesser ou tuer les alpagas lorsqu’elle est ingérée, même en petite quantité. Les alpagas entrent en contact avec la cantharidine en ingérant du foin de luzerne qui a été infesté par des scarabées vésiculés. La substance huileuse peut contaminer le foin même si les coléoptères ont été écrasés dans l’aliment. L’écrasement ou l’éradication chimique des coléoptères ne diminue pas la puissance de la toxine.

Inspecter les flocons individuels de foin de luzerne avant de les fournir aux résidents peut aider à réduire la probabilité d’empoisonnement. Jetez tous les flocons contaminés, même si vous avez retiré le coléoptère, car la toxine peut encore être laissée derrière. Le foin de première coupe est moins susceptible d’être contaminé que le foin récolté plus tard dans l’année, car les insectes n’ont probablement pas encore essaimé à ce moment-là. Récoltez la luzerne avant sa pleine floraison pour réduire les risques de contamination par le dendroctone. Le foin est moins susceptible d’être contaminé par les doryphores écrasés lorsqu’il est récolté avec une faucheuse automotrice ou une andaineuse. L’écrasement du foin écrase les coléoptères dans le foin.

Les alpagas qui ingèrent une quantité massive de toxine peuvent présenter des signes de choc sévère, et malheureusement, mourir en quelques heures. Les symptômes de l’empoisonnement sublétal comprennent la dépression, la diarrhée, une température élevée, une augmentation du pouls et de la fréquence respiratoire, et la déshydratation. On observe également des mictions fréquentes, surtout après les 24 premières heures. Si l’on soupçonne un empoisonnement à la cantharidine, il faut contacter immédiatement un vétérinaire.

Si vous soupçonnez un empoisonnement par le scarabée vésiculeux, contactez immédiatement votre vétérinaire. Si des soins vétérinaires précoces sont prodigués, les alpagas affligés ont une chance de se rétablir.

Cuivre

Comme les moutons, les alpagas (et les lamas) sont plus susceptibles de souffrir de toxicité au cuivre. Pour cette raison, ils ne devraient pas avoir accès aux blocs de sels minéraux ou aux mélanges de minéraux en vrac, à moins qu’ils ne contiennent pas de cuivre, comme ceux formulés pour les moutons. La toxicité au cuivre est le résultat d’une trop grande quantité de cuivre dans l’alimentation. Elle est généralement due à l’ingestion d’un produit qui n’est pas destiné aux alpagas, comme les aliments pour volaille, les minéraux pour vache ou pour porc. Un signe de toxicité au cuivre est une urine de couleur cuivre. L’urine aura également une odeur sucrée.

Surcharge en céréales (acidose, empoisonnement aux céréales)

La surcharge en céréales se produit lorsque les alpagas mangent de grandes quantités de céréales, ce qui entraîne une augmentation de la production d’acide lactique. L’acide lactique produit entraîne un ralentissement de l’intestin, une déshydratation et parfois, malheureusement, la mort.

La surcharge en céréales est le plus souvent observée lorsque les alpagas ont accès à des sacs ou des boîtes de céréales et de granulés. Si un alpaga n’est pas habitué à manger des céréales, un passage soudain aux céréales peut également provoquer une surcharge en céréales. En général, les alpagas ont besoin de très peu de céréales dans leur alimentation. Alors que les ruminants peuvent commencer à présenter des symptômes assez tôt, les alpagas et les lamas sont moins susceptibles de présenter des symptômes jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Pour cette raison, si vous soupçonnez une surcharge en céréales, appelez immédiatement un vétérinaire !

Les signes de surcharge en grain comprennent :

  • apparence déprimée
  • allongée
  • diarrhée
  • déshydratation et soif
  • ballonnement (du côté gauche de l’abdomen)
  • démarche stagale ou tendre et posture en « cheval de scie »
  • mort

Les aliments sucrés ne doivent pas être donnés aux camélidés, car les quantités élevées de sucre et d’amidon peuvent provoquer des troubles digestifs tels que le ballonnement. Ne donnez que des grains conçus pour les camélidés et utilisez-les avec modération.

Maladie de la quincaillerie

La maladie de la quincaillerie fait référence aux blessures qui peuvent résulter du fait que tout résident animal mange quelque chose qu’il ne devrait pas, en particulier des pièces de quincaillerie fabriquées par l’homme comme les clous, les vis et les agrafes. La quincaillerie peut avoir des effets dévastateurs sur n’importe quel pensionnaire. Consultez notre ressource sur la prévention de la maladie de la quincaillerie ici.

Toxicité du plomb

Le plomb était autrefois utilisé dans les peintures et les pesticides, et peut également être trouvé à partir de sources environnementales naturelles. Même si vous n’avez jamais utilisé de produits contenant du plomb, il peut encore être présent dans la vieille peinture de grange ou de clôture, ou dans le sol. Les endroits où de vieilles machines et de l’essence au plomb ont été entreposées peuvent également avoir causé une contamination, tout comme le vieux bois traité et les traverses de chemin de fer. Les alpagas peuvent ingérer le plomb présent dans l’environnement en consommant de l’herbe, du trèfle et du pissenlit ou en mâchant ou léchant des surfaces souillées.

Faire analyser le sol de votre sanctuaire est un moyen facile de savoir si l’environnement est sans danger pour les résidents. Vous pouvez vérifier avec un service local de conservation de l’environnement, ou un bureau de vulgarisation agricole pour vous renseigner sur les tests. Il s’agit généralement d’un processus assez rapide et facile. Empêchez vos résidents d’accéder aux bâtiments et aux clôtures avec de la vieille peinture, car ils pourraient mâcher ou lécher ces objets et ingérer du plomb.

Les alpagas avec de faibles niveaux de toxicité au plomb ne présentent généralement pas de signes. Dans les cas graves, vous pouvez observer les symptômes suivants :

  • perte d’appétit
  • perte de poids
  • léthargie et faiblesse
  • incoordination
  • anémie
  • consistance inhabituelle du fumier ou diarrhée
  • .

  • détresse respiratoire ou cécité

Consultez immédiatement un vétérinaire si vous pensez qu’un alpaga a ingéré du plomb ou commence à présenter des symptômes d’intoxication au plomb.

Mycotoxines

Les mycotoxines sont une toxine produite par les moisissures (champignons) qui sont nocives pour de nombreux animaux. Les mycotoxines peuvent affecter les alpagas par le biais d’aliments ou de litières contaminés. Les environnements humides et chauds constituent une recette parfaite pour la reproduction des moisissures. Le type et la quantité de mycotoxines ingérées par un alpaga déterminent si les problèmes de santé sont immédiats et de courte durée ou s’ils peuvent devenir chroniques. Les alpagas enceintes et les jeunes alpagas sont plus sensibles. Certains signes généraux d’empoisonnement comprennent :

  • une perte d’appétit
  • une perte de poids
  • des problèmes respiratoires
  • une sensibilité accrue aux maladies infectieuses (mauvaise fonction immunitaire)
  • un faible taux de croissance

La prévention est essentielle pour éviter les problèmes de santé graves. Heureusement, il existe un certain nombre de mesures que vous pouvez prendre pour vous assurer que les alpagas résidents ne subissent pas les effets néfastes d’une intoxication aux mycotoxines :

  • Assurez-vous de garder les zones de stockage de la nourriture, du grain et du foin propres, sèches et fraîches
  • Essayez de garder les zones de stockage de la nourriture à l’abri des souris et des rats et d’autres animaux sauvages, car ils peuvent ronger les trous dans les sacs de nourriture, ce qui augmente la probabilité que le grain soit exposé à des conditions humides
  • Toujours nourrir les sources de nourriture les plus anciennes en premier. Essayez d’utiliser les sacs de nourriture ouverts dans les quelques semaines qui suivent l’ouverture en hiver et en encore moins de temps en été
  • Nettoyez soigneusement tous les bacs ou boîtes de stockage pour enlever les vieux grains qui peuvent rester coincés dans les fissures et les crevasses
  • Vérifiez auprès de votre fabricant ou fournisseur d’aliments s’ils testent régulièrement la présence de mycotoxines dans les grains avant de mélanger les aliments. S’ils ne le font pas, évitez de les utiliser et trouvez un autre fournisseur

Si vous êtes préoccupé par la possibilité d’une contamination par les mycotoxines, faites tester vos magasins d’alimentation. Cela pourrait être particulièrement important si vous avez un alpaga qui montre les premiers signes d’exposition aux mycotoxines.

Pesticides, herbicides et rodenticides

Il n’est peut-être pas surprenant que les herbicides et les rodenticides puissent causer une toxicose chez les alpagas s’ils sont ingérés. Si les alpagas ingèrent des plantes qui ont été pulvérisées avec des herbicides à base d’acide phénoxy, ils peuvent tomber malades ou même mourir. Pour cette raison, il est impératif de ne pas donner aux alpagas des plantes traitées ou de leur permettre d’accéder à des pâturages qui ont été traités avec des herbicides.

Bien que les rats et les souris puissent poser des défis aux sanctuaires, il est important de les respecter et d’utiliser des pratiques d’atténuation compatissantes. De nombreux rodenticides sont des anticoagulants et agissent en empêchant le sang de coaguler. Ces produits peuvent également être attrayants pour les alpagas, qui peuvent tenter de les lécher ou de les manger s’ils les découvrent. C’est pourquoi il est impératif qu’ils n’entrent pas en contact avec ces poisons. Il existe de nombreuses façons nouvelles et innovantes de s’attaquer aux populations de rongeurs qui sont plus efficaces et compatissantes.

Les pesticides peuvent affecter le système nerveux des alpagas et peuvent être mortels s’ils ne sont pas traités avec l’antidote. Un traitement précoce est essentiel. Si vous soupçonnez un alpaga d’avoir ingéré l’un des poisons ci-dessus, contactez immédiatement votre vétérinaire. Des analyses sanguines peuvent confirmer l’empoisonnement.

Sélénium

Le sélénium est un élément hautement toxique lorsqu’il est pris en quantité supérieure à ce qui est nécessaire pour le métabolisme normal. Dans la plupart des plantes, le niveau de sélénium est lié aux niveaux dans le sol. Les symptômes de l’empoisonnement au sélénium sont les suivants : abattement, raideur des articulations, boiterie, perte de poils sur le corps ou la queue et déformations des sabots. La forme aiguë de l’empoisonnement est souvent appelée « blind staggers ».

Morsures de serpent

Les morsures de serpent venimeux ne sont pas courantes, mais lorsqu’elles se produisent, elles doivent être traitées sérieusement et immédiatement. Les endroits les plus courants pour qu’un alpaga soit mordu sont le nez ou la jambe. Il est possible pour un serpent de mordre plusieurs fois, donc si vous remarquez une morsure de serpent, cherchez-en d’autres. Le venin des serpents varie selon les espèces, et la gravité d’une morsure peut également être influencée par la taille, l’âge et le nombre de morsures. La plupart des venins peuvent altérer la coagulation du sang et endommager le cœur, tandis que d’autres contiennent des neurotoxines. Les signes d’une morsure de serpent peuvent inclure :

  • douleur
  • gonflement à l’endroit de la morsure
  • une ou plusieurs blessures par piqûre
  • décollement des tissus près de l’endroit de la morsure
  • arrythmies cardiaques
  • affaiblissement de la la capacité de leur sang à coaguler
  • le choc
  • l’effondrement
  • la paralysie
  • la mort

Soyez immédiatement soigné par un vétérinaire si un alpaga est mordu par un serpent venimeux. N’essayez PAS d’aspirer le venin ou de placer un garrot. Gardez l’alpaga calme tout en demandant des soins vétérinaires immédiats. Selon la gravité de la morsure, les traitements peuvent comprendre de l’antivenin, des médicaments contre la douleur, une thérapie par les fluides, un traitement des plaies, une vaccination contre le tétanos et des antibiotiques. Consultez nos Pratiques compatissantes de la faune sauvage dans votre sanctuaire animalier pour obtenir des conseils sur la façon de dissuader les serpents de votre propriété.

Taches et peintures pour bois

Certaines taches et peintures pour bois peuvent être toxiques pour l’alpaga. Les alpagas peuvent essayer de mâcher les surfaces peintes et peuvent tomber malades si la teinture ou la peinture est toxique. Essayez d’acheter des peintures et des teintures spécialement conçues pour les granges et les clôtures et répertoriées comme étant respectueuses des animaux ou du « bétail ».

Les aliments que vous ne devez pas donner aux alpagas

En plus de ce qui précède, voici quelques aliments que vous ne devez pas donner aux alpagas :

  • Produits animaux de toute sorte
  • Avocat
  • Cherries
  • Chocolat
  • Kale
  • Légumes d’ombre
  • Pomme de terre

Bien que cette liste ne soit pas exhaustive, elle peut certainement vous aider à garder les alpagas résidents en sécurité, en bonne santé et heureux !

SOURCES:

Y a-t-il du plomb dans votre pâturage ?

Peinture de grange et de clôture amie des animaux pour les stalles de chevaux | Stuff For Petz

Nutrition du cuivre chez les camélidés | Penn State Extension (Non-.Compassionate Source)

Blister Beetles | North Carolina State University Extension Service (Non-Compassionate Source)

The Danger Of Mycotoxins | The Horse (Non-Compassionate Source)

Grain Overload, Acidose, ou intoxication cérébrale chez le bétail | Agriculture et alimentation du ministère des industries primaires et du développement régional (Source non compatissante)

Thème des toxines : Snakebites And Horses | The Horse (Non-Compassionate Source)

Poisonnement des lamas et alpagas par les plantes | Vermont Llama and Alpaca Association

Poisonnement du bétail par les plantes | Ontario Ministry Of Agriculture, Food And Rural Affairs (Non-Compassionate Source)

Mauvaises herbes communes toxiques pour le bétail de pâturage | Ontario Ministry Of Agriculture, Food And Rural Affairs (Source non compatissante)

Protégez vos chevaux et votre bétail des plantes toxiques | Washington State Department Of Agriculture (Source non compatissante)

Information sur les camélidés sud-américains (alpagas et lamas) | Large Animal Practice (Source non compatissante)

Si une source comprend la balise (Source non compatissante), cela signifie que nous n’approuvons pas les points de vue de cette source particulière sur les animaux, même si certaines de leurs idées sont précieuses du point de vue des soins. Voir une explication plus détaillée ici.

Recevoir les mises à jour dans votre boîte de réception !

S’inscrire sur notre liste de diffusion pour recevoir les dernières ressources du projet Open Sanctuary !

Vous vous êtes inscrit avec succès!

.