Devinez quoi ? L’Ave Maria EST dans la Bible !

L’un des aspects de la foi catholique avec lequel les protestants luttent le plus est l’honneur que les catholiques accordent à la Vierge. En particulier, l' »Ave Maria » semble être un point de discorde particulier. Certains protestants citent cette prière et disent : « C’est la preuve que les catholiques idolâtrent Marie. Elle utilise un langage qui ne devrait s’adresser qu’à Dieu. ET ce n’est pas non plus dans la Bible ! »

Il s’avère cependant que l’Ave Maria provient du Nouveau Testament presque mot pour mot ; et la plupart de ses mots viennent directement de la bouche d’anges, d’apôtres et de juifs justes, rien de moins !

Si vous ou quelqu’un que vous aimez a du mal à comprendre pourquoi les catholiques prient cette prière de la manière dont nous le faisons et aussi souvent que nous le faisons (cinquante-trois fois par jour au moins, si vous priez un ensemble de mystères du rosaire par jour !), alors la décomposition suivante peut être utile. Il explique d’où vient l’Ave Maria – et ce que chacune de ses parties signifie – dans le contexte des passages de l’Écriture qui leur servent de fondement.

]

*Il y a une image au pied de cet article avec les informations de base sous forme de tableau. C’est parfait pour le sauvegarder et le partager avec la famille et les amis !

L’Ave Maria dans la Bible :

Introduction

Pour commencer, voici le texte de la prière de l’Ave Maria :

Avec vous, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

L’Ave Maria comporte deux sections : une salutation et une demande. Les deux sont enracinées dans des passages du Nouveau Testament.A l’intérieur de chaque section, nous pouvons décomposer le texte en deux parties, ce qui nous donne quatre sections totales de la prière sur lesquelles réfléchir.

Partie 1

Voici Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.

Référence scripturale : « Et s’approchant d’elle, il dit : ‘Je te salue, ma préférée ! Le Seigneur est avec toi.' » (Luc 1:28)

Explication : L’ange Gabriel salue Marie par « Je vous salue ! », un titre habituellement réservé à la royauté. Ce titre précieux sert de préfiguration au rôle de Marie en tant que Mère du Roi du Ciel. Gabriel l’appelle ensuite « la préférée » (également traduit par « pleine de grâce ») et celle avec qui le Seigneur est présent. Cela confirme la présence spéciale de Dieu, sa vie de Grâce et d’Amour, en Marie.

Lorsque nous prions l’Ave Maria, notre salutation fait écho à celle de l’ange de Dieu lui-même et à la réalité de son rôle dans l’histoire du salut.

L’Annonciation de John William Waterhouse (1914)

Partie 2

Bénie es-tu parmi les femmes, et béni est le fruit de tes entrailles, Jésus.

Référence scripturale : « Elisabeth, remplie de l’Esprit Saint, s’écria d’une voix forte et dit : ‘Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.' » (Luc 1:42)

Explication : Les paroles d’Elisabeth sont inspirées par Dieu lui-même, la troisième personne de la Sainte Trinité : l’Esprit Saint. Nous pouvons donc dire que cette salutation d’admiration et de bénédiction est agréable à Dieu et une manière appropriée de s’adresser à Marie. Le fruit du sein de Marie est son enfant, Jésus, auquel Elisabeth fait allusion en l’appelant « mère » dans le verset suivant.

]

Partie 3

Sainte Marie, Mère de Dieu

Référence scripturale : « Comment m’arrive-t-il que la mère de mon Seigneur vienne à moi ? ». (Luc 1:43)

Explication : Cette prochaine acclamation d’Elisabeth, remplie de l’Esprit, nous montre que Marie est mère non seulement de la nature humaine de Jésus, mais de Jésus lui-même, le Fils de Dieu, la deuxième personne de la Trinité. Elle est la Mère de Dieu parce qu’elle est la mère de Jésus, et Jésus est Dieu. Dieu a choisi de lui conférer cet honneur, il n’a pas eu à le faire. Elisabeth, et nous-mêmes, pouvons donc à juste titre appeler Marie « sainte » et « Mère de Dieu ».

La Visitation de Notre Dame à sa cousine Elisabeth

Partie 4

Priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

Référence scripturale : « Confessez vos péchés les uns aux autres et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente d’un juste est très puissante. » (Jacques 5:16)

Explication : Il est indéniable que nous sommes tous des pécheurs (Romains 5:8) qui ont besoin d’une prière et d’une guérison constantes, surtout à l’approche de la mort et du jugement dernier. Jacques dit à ses compagnons chrétiens de prier les uns pour les autres, car ils sont tous membres du Corps mystique du Christ (1 Cor. 12). Jacques poursuit en disant que les prières d’une personne juste ont une grande puissance. Et qui est la personne la plus juste qui ait marché sur la terre, à part Jésus, l’homme-Dieu ? La femme que les anges et les hommes appellent « favorisée » et « bénie ». La femme qui a porté le Fils de Dieu dans son sein. Si nous croyons que ceux qui sont au Ciel ont vraiment la vie éternelle, qui de mieux pour prier devant le trône de Dieu en notre nom que Sa propre Mère sainte et bénie ?

.