Caractéristiques des troubles du spectre autistique et des troubles bipolaires pédiatriques comorbides

Les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) et de troubles bipolaires pédiatriques comorbides (TPB) suivent une progression hautement épisodique à travers des épisodes maniaques, des phases de symptômes subsyndromiques et des périodes euthymiques, selon une étude publiée dans le Journal of Autism and Developmental Disorders.

Le TSA se produit généralement avec au moins 1 trouble supplémentaire. Cette étude a cherché à décrire les caractéristiques cliniques du trouble bipolaire pédiatrique comorbide chez les enfants atteints de TSA, avec pour objectif secondaire de comparer ces caractéristiques cliniques à celles des TSA sans trouble affectif.

Quarante patients âgés de 6 à 17 ans présentant à la fois un TSA et un trouble bipolaire pédiatrique en cours de traitement à la clinique de santé mentale et des maladies de l’enfant et de l’adolescent du centre d’application et de recherche de la faculté de médecine de l’université Ondokuz Mayıs en Turquie ont constitué le groupe d’étude. Le groupe témoin comprenait 40 patients atteints de troubles du spectre autistique qui n’avaient pas connu d’épisodes affectifs antérieurs. Sur ces 80 enfants d’un âge moyen de 12,36 ± 2,93 ans, 12,5 % étaient des filles (n=10) et 87,5 % des garçons (n=70). La seule différence sociodémographique significative entre les groupes était que les enfants atteints de TSA ou de PBD recevaient un niveau plus élevé d’éducation spécialisée.

La liste de contrôle du comportement autistique (ABC) et la liste de contrôle du comportement aberrant (ABCL) ont été administrées deux fois pour le groupe PBD+TSA, pour les périodes euthymiques et épisodiques. Les scores ABC étaient significativement plus élevés dans les périodes épisodiques par rapport aux périodes euthymiques, notamment dans les sous-catégories des compétences sociales et adaptatives, de l’utilisation du corps et des objets, et des relations sociales.

Continue Reading

Aucune différence n’a été indiquée entre les scores ABC du groupe d’étude pendant les périodes euthymiques par rapport à ceux du groupe témoin.

Les scores ABCL du groupe PBD+ASD ont montré une déficience clinique significativement élevée pendant les périodes épisodiques par rapport aux périodes euthymiques, bien qu’aucune différence significative n’ait été indiquée entre les scores ABCL du groupe d’étude pendant les périodes euthymiques par rapport à ceux du groupe témoin. Au sein du groupe d’étude, 56,4% n’ont connu que des épisodes maniaques.

Aucune caractéristique psychotique n’a été identifiée chez les sujets de l’un ou l’autre groupe.

L’agitation et l’irritabilité orientées vers un but se sont avérées être des symptômes de la manie chez tous les participants de l’ASD+PBD, puisque 92,5% ont montré une augmentation des comportements à risque et de la distractibilité, 90% ont montré une diminution du sommeil, 82.5 % ont montré une bavardage excessif, et une augmentation du comportement stéréotypé et de l’obsession sont apparus dans 62,5 % et 60 % des cas, respectivement.

« Aucune variation n’a été déterminée dans notre étude en termes de symptômes de TSA et de comportement problématique entre les périodes euthymiques chez les enfants atteints de PBD+TSA et les sujets TSA témoins », ont conclu les auteurs.